Législation sur les cirques dans le monde

Si de nombreux pays autorisent la détention et le dressage d'animaux dans les cirques, un mouvement se dessine néanmoins, sous l'action des associations locales, en faveur de l'interdiction de telles pratiques.

Nous distinguons ici les pays ayant interdit totalement la présence d'animaux sauvages dans les cirques (en vert) de ceux l'interdisant partiellement (en jaune), que ce soit sous la forme d'arrêtés locaux ou de textes nationaux légiférant sur certaines pratiques.

À ce jour, 27 pays interdisent totalement la présence d'animaux, sauvages ou non, dans les cirques : Belgique, Autriche, Estonie, Hongrie, Danemark, Suède, Mexique, Bolivie, Bulgarie, Chypre, Costa Rica, Croatie, Finlande, Grèce, Inde, Israël, Lettonie, Liban, Malte, Pays Bas, Pérou, Portugal, Singapour, Slovénie, Suède, Guatemala, Roumanie.

Dernière mise à jour : 
30/09/2017

Légende

> Interdiction partielle

Août 2011 - la ville de Worms n'autorisera plus la présence de certains animaux sauvages (ours, rhinocéros, éléphants, girafes, hippopotames, serpents géants, etc). En cas de non application, les cirques risqueront une amnde de 6000 euros.

Mai 2011 - Potsdam décide, suite à une demande des Verts, de ne plus attribuer de terrains aucirques détenant des grands singes, éléphants, girafes, hippopotames, ours, rhinocéros.

Janvier 2011 - la ville de Munich n'autorise plus les exhibitions d'une vingtaine d'espèces d'animaux dont les ours, éléphants, tigres, lions ou rhinocéros hors de l'Oktoberfest.
Le conseil municipal de Stuttgart approuve la demande de l'Alliance Bünd 90/DIE GRÜNEN en limitant l'accès aux cirques avec animaux à la seule „Cannstatter Wasen“ et cede manière limitée sur 3 saisons : printemps, automne et fête de Noël. Les animaux concernés sont les singes, marsouins, dauphins, rapaces, flamants, pingouins, rhinocéros, loups, alligators, crocodiles, antilopes antilopes, amphibiens, ours, éléphants, hippopotames, girafes, serpents géants, phoques mais aussiles grands félins, les lamas, vigogne et autruches.

Août 2010 - la ville de Speyer décide l'application de la décision du Bundesrat en date du 17/10/2003 et donc de ne plus attribuer de terrains aux cirques détenant des singes, éléphants, ours, marsouins, dauphins, rapaces, flamants ou pingouins.
Heidelberg - Les cirques avec des alligators, crocodiles, antilopes, amphibiens, ours, dauphins, flamants, hippopotames, girafes, oiseaux de proie, primates, rhinocéros, pingouins, serpents géants, phoques, marsouins, loups et éléphants ne peuvent plus se produire dans la ville.

Juin 2009 - La ville de Kassel décide d'interdire la présence de cirques avec des éléphants, jaguars, léopards, tigre, ours, phoques, dauphins, girafes, hippopotames, rhinocéros, singes, kangourous ou reptiles et ce à partir de janvier 2010, les exceptions ne pouvant être attribuées que jusqu'à décembre 2014.
Mais en septembre 2010, l'interdiction est levée, les cirques avec animaux peuvent réinvestir la ville.
(Source - PETA.de)

Avril 2008 - Cologne décide de ne plus attribuer d'emplacement pour les cirques détenant avec des singes, des dauphins, des oiseaux de proies, des flamants, des pingouins, des loups, des girafes, des éléphants, des hippopotames, des ours ou des rhinocéros.

Octobre 2007 - Le conseil municipal de Chemnitz, à la demande des Verts votent pour l'interdiction de représentation des cirques détenant des grands singes, marsouins, dauphins, oiseaux de proie, flamants, pingouins, rhinocéros, loups, éléphants, girafes et hippopotames. Suite à une procédure avec le cirque Voyage, la ville a voté contre la levée de l'interdiction des animaux dans les cirques.

2004 - Schwerin n'autorise plus les cirques détenant des singes, des marsouins, dauphins, oiseaux de proie, flamants, pingouins, rhinocéros et loupsà s'installer et ce suite à la publication d'un rapport de protection des animaux.
L’Etat fédéral de Hessen a déposé une demande au parlement fédéral pour une interdiction de captivité pour les singes, les ours et les éléphants dans les cirques. Cette demande a été traitée par la commission pour l’agriculture fin septembre 2003.
L’Etat de Bavière a déposé une demande d’interdiction de captivité des animaux sauvages (en particulier les signes, ours et éléphants) dans les cirques et a demandé, tout comme Hessen, l’introduction d’un registre central des cirques.
L’Etat de Schleswig-Holstein a déposé une demande pour faire la liste des animaux qu’on peut garder en captivité dans des cirques. Récemment, la commission pour l’agriculture a recommandé au parlement la proposition de la Bavière.
Le 17 octobre 2003, le parlement a accepté les recommandations de la commission. Il est maintenant du devoir du Ministère pour la Protection du consommateur, l’alimentation et l’agriculture de travailler sur un projet de décret.
(Source : Menschen für Tierrechte)

> Interdiction partielle

Interdiction de présence de cirques avec animaux dans de nombreuses villes dont Buenos Aires.

> Interdiction partielle

De nombreuses villes prohibent la présence de cirques avec animaux.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Interdiction des animaux sauvages dans les cirques à partir de 2005, à l'exception des lions et des tigres. les Etats fédéraux de Vienne et de Salzburg appuient fortement pour que cette interdiction soit étendue à tous les animaux sauvages. (Source Vier Pfoten). Cette décision fait suite à un rapport sur la condition des animaux dans les cirques.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Juillet 2013 : La Belgique décide d'interdire la présence des animaux sauvages dans les cirques.

C'est suite à un travail de plusieurs années des associations belges, dont GAIA, que cette victoire a pu arriver (petit aperçu ci-dessous). Après avoir mis en place une législation "bien-être", la Belgique a pris conscience que parler de "bien-être" d'animaux qui sont trimbalés, privés de leur milieu et exhibés comme des bêtes curieuses, est un non-sens.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

 Le 13 mai 2009, la Bolivie a adopté une loi interdisant l’utilisation des animaux dans les cirques, quelle que soit leur espèce, jugeant qu’il s’agissait d’un « acte d’une cruauté inutile ». La présence de tout animal est interdite depuis juillet 2010.

> Interdiction partielle

Les animaux domestiques et sauvages devraient être interdits dans les cirques (Legislative Assembly of the State of Rio de Janeiro, n°2634/2001), de nombreux districts bannissent déjà l'utilisation des animaux : Rio de Janeiro, São Paulo, Pernambuco, Paraiba, Rio Grande do Sul, Espiritu Santo, Mato Grosso do Sul, Alagos.

En 2009, une nouvelle campagne a en effet eu lieu avec la projection d'une nouvelle vidéo à la Chambre des Députés pour demander au Congrès d'adopter en séance pleinière le projet de loi 7291/2006 qui veut interdire les animaux dans les cirques. En Novembre 2009, la proposition de loi a été approuvée par la commission de la constitution, de la justice et de la citoyenneté, mais il faut aujourd'hui la ratifier en séance pleinière. Beaucoup d'états ont déjà procédé à l'interdiction, comme le Mato Grosso, Paraiba, Pernambuco, Rio de janeiro, Rio Grande do Sul, Sao Paulo e Espirito Sante, ainsi que plus de 50 municipalités.
 

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Interdiction totale des animaux dans les cirques. Les cirques en exploitant ont jusqu'à 2015 pour se mettre aux normes.

> Interdiction partielle

Plusieurs villes interdisent la présence d'animaux dans les cirques.

> Interdiction partielle

Interdictions locales dont la ville de Santiago.

> Interdiction partielle

Un avis du Ministère chinois du logement et de la construction préconise la fin de toute exhibition d'animaux dans les cirques et spectacles dans les zoos publics, l'interdiction ne s'appliquerait pas encore aux entreprises privées.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

En 2013, Chypre a totalement interdit la présence d'animaux, sauvages ou non, dans les cirques.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Interdiction des animaux sauvages depuis juillet 2002.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

En 2006, la Croatie a interdit aux cirques de détenir et de présenter des animaux sauvages.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Les animaux sauvages (à l’exception des éléphants d’Asie, des chameaux et des lamas) sont interdits depuis 1991 (Danish Act on Protection of Animals, Act n°386 juin 1991)

> Interdiction partielle

Aucune interdiction nationale, mais des restrictions au niveau des villes telles que Barcelona, Tarragona, Girona....

Le 22 juillet 2015, le Parlement régional de Catalogne a voté l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques.
En septembre 2017, la Galice renonce aux cirques avec animaux sauvages. 

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Les animaux nés dans la nature ne peuvent être exploité dans les cirques depuis 2010.
Septembre 2017 : L'Estonie a voté pour interdire les animaux sauvages dans les cirques ! Le projet de loi visant à interdire de tels actes a été adopté lors de sa troisième et dernière lecture. Cette victoire historique pour les animaux en Estonie fait suite à un engagement pris par le gouvernement en 2014, après la mort tragique de Medi L'éléphant. (Source ADI et Loomus) 

> Interdiction partielle

Plusieurs villes interdisent la présence d'animaux dans les cirques.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Les animaux sauvages sont interdits (à l’exception des otaries) depuis 1996 (Ministry of Agriculture and Forestry, 2 août 1996).

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Nouvelle législation en 2011 en faveur des animaux errants et dans les cirques, avec interdiction de leur exploitation.
Début 2012 : La Grèce interdit tous les animaux dans les cirques et spectacles similaires suite aux campagnes de ADI et GAWF.
«Dans les cirques en Grèce, nous avons vu d'horribles souffrances.. Je me souviens de la détention d'un petit hippopotame, sa cage sale sur un camion avec une piscine puante à peine plus grand que d'une baignoire. C'est un grand jour pour la protection des animaux en Grèce et même en Europe. Nous félicitons le gouvernement grec pour avoir pris une position si forte et si claire contre la souffrance animale dans les cirques.»
(Tim Philipps de ADI)

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Le 11 avril 2017 est entrée une loi interdisant l’usage d’animaux sauvages (éléphants, félins, ou encore primates) dans les cirques sur l’ensemble du territoire. Cette décision fait suite à une initiative similaire limitée à la capitale du pays, prise en 2015 par le maire lvaro Arzú : « [Les animaux du cirque] sont victimes de traitements brutaux, et nous ne souhaitons pas encourager de tels actes », avait-il alors déclaré. (Selon La relève et la Peste) 

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Interdiction de certains animaux (éléphants, rhinocéros, primates et animaux capturés) dans les cirques.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Interdiction de spectacles avec tigres, panthères, lions, singes et ours dans les cirques (The Times of India News Service, le 10/05/2001)
- novembre 2009 - fin des éléphants dans les cirques et les zoos.

Tous les éléphants vivant dans les zoos et les cirques indiens seront déplacés des parcs et des sanctuaires danslesquels les animaux pourront vivre plus librement. La décision concerne environ 140 éléphants dans 26 zoos et 16 dans les cirques pays, a déclaré B.K. Gupta, un agent au zoo de Central India's Authority.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Depuis le 20 mars 2016, l'utilisation d'animaux sauvages dans les cirques est interdite en Iran.

> Interdiction partielle

Interdiction d'exploitation des animaux dans certaines villes telles que Cork et Fingal.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Dans la pratique interdiction des animaux sauvages par la non-délivrance d’agrément depuis 1998.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

En 2000, la Lettonie a interdit aux cirques de détenir des animaux sauvages.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Depuis 2014, Malte interdit aux cirques de détenir des animaux, sauvages ou non.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

La loi interdisant l'utilisation d'animaux sauvages dans les cirques au Mexique est entrée en vigueur le 8 juillet 2015.

> Interdiction partielle

Il est interdit d’utiliser des félins sauvages et des ours, et tous les autres animaux si ces derniers ont été capturé dans la nature (Welfare of Animals, Act n°73 décembre 1974)
Le ministre norvégien de l'agriculture propose de bannir les éléphants des cirques. Cette interdiction pourrait entrer en vigueur dans 5 ans, seuls les cirques possédant des pachydermes pourraient les garder s'il obtiennent la permission de la Norwegian Food Safety Authority.
Par ailleurs, d'autres espèces pourraient être interdites telles que les félins, les lions de mer et les zèbres. Seules les espèces classées en liste positive seraient autorisées.
Cette décision fait suite aux conclusions d'un comité scientifique appuyant la demande de l'association Animal Protection Alliance.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

En 2012, les Pays-Bas ont interdit aux cirques de détenir et de présenter des animaux sauvages.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Juillet 2011, le Pérou interdit la présence d'animaux natifs ou exotiques dans les cirques. Cette décision fait suite à une étude sur la souffrance des animaux dans les cirques.

> Interdiction partielle

Interdiction d'utilisation des animaux capturés dans la nature.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Octobre 2009 - interdiction de la reproduction et l'acquisition de nouveaux animaux sauvages dans les cirques.

Le gouvernement portugais estime que ce décret est nécessaire pour préserver certaines espèces telles que les primates, les ours, les félins, les éléphants, les otaries, les serpents ou encore les autruches. Les cirques ont 90 jours pour déclarer leurs animaux.

Les associations soucieuses du respect de l'animal se réjouissent de cette décision, qui à l'instar de l'Autriche, de la Bolivie ou encore du Brésil va dans le sens d'une prise en compte des besoins et de la souffrance de ces animaux captifs. Les cirques traditionnels, quant à eux, refusent toute évolution en se réfugiant derrière la tradition.

> Interdiction partielle

Une liste définie les espèces sauvages qui ne peuvent être détenus dans les cirques (phoques, rhinocéros, hippopotames, girafes, bébés singes) depuis 1992.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Suite à la mort de 11 animaux lors de l'incendie du cirque Globus, un projet de loi a été déposé en 2015.
Le parlement a voté en juin 2017 la fin de l'utilisation des animaux "nés en captivité ou capturés dans la nature", "quel que soit leur degré d'apprivoisement", ne pourront en principe plus être utilisés ni dans des spectacles de cirque ni par des troupes d'artistes ambulants.

Les dauphins et certains oiseaux exotiques seront néanmoins autorisés dans les autres spectacles et chiens et chevaux continueront à être utilisé.

> Interdiction partielle

En 2011, le pays ne veut plus accepter l'exhibition et exploitation des animaux dans les cirques. Les discussions sont toujours en cours.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Interdiction des animaux sauvages dans les spectacles itinérants depuis 2000 (The Agri-Food & Veterinary Authority of Sinagpore, Ministry of National Development, 29 décembre 2000).

> Interdiction partielle

Interdiction de détenir les animaux listés par la CITES.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

En 2013, la Slovénie a interdit la présence d'animaux sauvages dans les cirques.

> Interdiction totale (animaux sauvages)

Il est interdit d’utiliser les carnivores sauvages, les pinnipèdes (sauf les otaries), les rhinocéros, les hippopotames, les cervidés (à l’exception des rennes), les girafes, les kangourous, les rapaces, les ratites (autruches, nandous, émeus), et les crocodiles depuis 1988 (Animal Welfare ordinance, Act n°539, 1988).

> Interdiction partielle

 Interdiction d'importation et d'exportation de faune et flore protégée pour les cirques.